Pages

vendredi 5 juin 2015

Toutankhamon, fils d’Akhénaton, tué par le paludisme


Je viens de regarder ce reportage, diffusé par Arte. Finies les suppositions. Nous savons maintenant, grâce à son ADN, de quoi il est réellement mort.

http://www.pourlascience.fr/ewb_pages/a/actu-toutankhamon-fils-d-akhenaton-tue-par-le-paludisme-24467.php
PLS 390
Le masque funéraire de Toutankhamon, en or. © Jon Bodsworth

Des analyses de l’ADN de plusieurs momies, dont celle de Toutankhamon, révèlent les causes de la mort du plus célèbre des pharaons et éclairent sa généalogie.


Le 29 novembre 1922, l’archéologue britannique Howard Carter pénètre dans le tombeau de Toutankhamon, le plus célèbre pharaon et l’un des derniers rois de XVIIIe dynastie (Nouvel Empire) qui, intronisé à l’âge de dix ans, régna à peine neuf ans, il y a plus de 3 000 ans. Le
site regorgeait de richesses, dont la plus célèbre est le masque funéraire en or massif. Depuis la découverte, les égyptologues ne sont pas parvenus à se mettre d’accord ni sur les causes de la mort du souverain ni même sur sa généalogie. Une étude publiée par Zahi Hawass, le chef du Conseil suprême des antiquités en Égypte, et ses collègues, apporte de nouveaux éléments de réponse.
La momie du pharaon, ainsi que 15 autres d’ascendance royale, ont été passées au crible de plusieurs analyses, dont celle d’échantillons d’ADN prélevés sur les dépouilles. La molécule de l’hérédité a parlé et a levé une partie du voile sur la famille de Toutankhamon. On le soupçonnait sans en avoir de preuves, Toutankhamon serait bien le fils d’Akhénaton (la momie référencée KV55), le pharaon hérétique qui tenta d’introduire le monothéisme en imposant le culte exclusif d’Aton ; ses successeurs reviendront au polythéisme traditionnel. Les analyses confirment qu’Amenhotep III (Aménophis III en grec), neuvième pharaon de la XVIIIe dynastie et son épouse, la reine Tiye, parents d’Akhénaton, sont bien les grands-parents du roi éphémère.
Qu’en est-il de la mère de Toutankhamon ? La légende a longtemps voulu qu’il s’agisse de Néfertiti, l’influente épouse royale d’Akhénaton. Las, son identité reste encore un mystère, mais sa dépouille a été identifiée : il s’agit de la momie répertoriée sous la référence KV35YL, et connue sous le nom de « Younger Lady ». Une chose est sûre, ce n’est pas Néfertiti. Dommage pour le mythe... À en croire l’ADN, cette Younger Lady serait la propre sœur d’Akhénaton. Toutankhamon serait donc le fruit d’un inceste. Précisons que le mariage entre frère et sœur était commun dans l'Égypte des pharaons.
De façon plus incertaine, l’étude égyptienne ferait également des deux momies d’enfants (un fœtus de sept mois et un mort-né atteint d’une malformation neurale congénitale, unespina bifida) trouvés dans la tombe de Toutankhamon la descendance de ce dernier, enfants qu’il aurait conçus avec celle qui est désormais la momie KV21A...
Dans les échantillons d’ADN, trois gènes (STEVORAMA1 et MSP1) ont été détectés. Ils trahissent une infection par le parasite Plasmodium falciparum, le vecteur du paludisme. Ainsi, cette maladie serait l'une des causes de la mort de quatre des momies étudiées, dont celle de Toutankhamon. Outre cette maladie, le souverain aurait aussi souffert d’une infection osseuse qui se serait traduite par des nécroses, en particulier de deux métatarses de l’un de ses pieds. Selon Z. Hawass, ces deux pathologies auraient participé pour beaucoup au décès du pharaon.
Des précautions s’imposent cependant. En effet, dans un pays où les crues du Nil ont fondé la civilisation, le paludisme était sans doute très répandu et n’était pas toujours fatal, des résistances ayant dû se développer. L’absence des organes internes dans la momie empêche d’être catégorique sur le rôle de la parasitose dans la mort de Toutankhamon. En outre, les dommages des os observés pourraient aussi s’expliquer par les techniques d’embaumement, même si des traces de croissance osseuse post-nécrose mises en évidence font plutôt pencher la balance vers la maladie.
Ainsi, la mort du pharaon ne serait ni accidentelle ni criminelle. Sans héritier, il fut enseveli dans une tombe qui ne lui était même pas destinée. L’histoire perd en drame ce qu’elle gagne en vérité.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire