Pages

dimanche 29 mars 2015

Conférence TED Talk : Esther Perel - Le secret du désir dans une relation durable


Pour voir la vidéo sous-titrée en français, cliquez sur le lien ci-dessous :
http://www.ted.com/talks/esther_perel_the_secret_to_desire_in_a_long_term_relationship?language=fr#t-14887

Traduction extraite du site TED: 
Pourquoi la qualité des relations sexuelles se dégrade-t-elle souvent même pour les couples qui s'aiment toujours autant ? Et pourquoi l'intimité n'assure-t-elle pas des relations sexuelles de qualitécontrairement à ce qu'on croit généralement ? Ou alors, la prochaine question pourrait être, peut-on vouloir quelque chose qu'on a déjà ? C'est la question à un million de dollars, non ? Et pourquoi l'interdit est-il si érotique ? Pourquoi la transgression rend-elle le désir si puissant ? Et pourquoi le sexe engendre-t-il des bébés, et les bébés engendrent ils des désastres érotiques dans les
couples ? C'est un peu comme un coup fatal porté à l'érotisme, non ? Et quand on est amoureux, comment se sent-on ? Et quand on ressent du désire, en quoi cela est-il différent ?
0:53Voici quelques unes des questions qui sont au centre de mon exploration de la nature du désir érotiqueet des dilemmes qui accompagnent la forme moderne de l'amour. Alors, je voyage autour du monde, et je m'aperçois que partout où le romantisme est entré, il semble y avoir une crise du désir. Une crise du désir, au sens de s'approprier ce qu'on n'a pas -- le désir en tant qu'expression de notre individualité, de notre libre choix, de nos préférences, de notre identité - le désir qui est devenu une notion centrale dans la forme moderne de l'amour et les sociétés individualistes.
1:32Vous savez, c'est la première fois dans l'histoire de l'humanité où on s'essaye à la sexualité dans la duréenon pas parce qu'on veut 14 enfants, sachant qu'on devra en faire encore plus que ça car beaucoup d'entre eux ne survivront pas, et non pas parce que c'est le devoir marital exclusif d'une femme. C'est la première fois qu'on veut une sexualité dans le temps pour le plaisir et le lien qui sont enracinés dans le désir.
2:03Mais qu'est-ce qui rend le désir durable, et pourquoi est-ce si difficile ? Je pense qu'au cœur de ce qui fait durer le désir dans une relation stable, se trouve la conciliation de deux besoins humains fondamentaux. D'une part, notre besoin de sécurité, de prévisibilité, de sûreté, de fiabilité, de solidité, de stabilité -- toutes ces expériences qui nous permettent de nous enraciner, de prendre pied dans nos vies,et qui constituent notre base. Mais d'autre part, on a également un besoin tout aussi fort -- hommes et femmes -- d'aventure, de nouveauté, de mystère, de risque, de danger, d'inconnu, d'inattendu, de surprise -- vous voyez ce que je veux dire -- le besoin de voyager, de s'échapper. Alors concilier notre besoin de sécurité et notre besoin d'aventure dans une relation, c'est-à-dire ce qu'on appelle de nos jours un mariage passionné, c'était une contradiction des termes. Le mariage était une institution économique dans laquelle on vous donnait un partenariat pour la vie en termes de statut social et d'enfants, et de succession et de compagnie. Mais maintenant on veut que notre partenaire nous apporte tout cela, mais aussi qu'il soit notre meilleur ami et notre confident fiable et notre amant passionné et encore plus et on vit deux fois plus longtemps. (Rires) Alors, on trouve une personne et on lui demande qu'elle nous donne ce qu'auparavant un village entier nous apportait : apporte moi un sentiment d'appartenance, une identité, la continuité, mais apporte-moi en même temps un sentiment de transcendance, de mystère et d'admiration. Apporte-moi le confort, apporte-moi de l'intensité. Apporte-moi de la nouveauté, apporte-moi la familiarité. Apporte-moi de la prévisibilité, apporte-moi de la surprise. Et on pense que c'est un dû, et que des "sex toys" et de la lingerie fine vont nous sauver.(Applaudissements)
3:59Alors maintenant on en arrive à la réalité existentielle de tout ça, non ? Parce que je pense que, d'une certaine façon -- et je reviendrai sur ce sujet -- la crise du désir est souvent une crise de l'imagination.
4:13Alors pourquoi la qualité des relations sexuelles se dégrade-t-elle si souvent ? Quelle est la relation entre l'amour et le désir ? En quoi sont-ils liés l'un à l'autre et en quoi sont-ils opposés ? Parce que c'est là que réside le mystère de l'érotisme.
4:25Alors pour moi, s'il y a un verbe qui est associé à l'amour, c'est le verbe "avoir". Et s'il y a un verbe qui est associé au désir, c'est le verbe "vouloir". En amour, on veut avoir, on veut connaître celui qu'on aime.On veut réduire la distance. On veut contracter cet espace. On veut neutraliser les tensions. On veut la proximité. Mais dans le cas du désir, on ne souhaite pas vraiment revenir à des endroits qu'on a déjà explorés. Toute conclusion évidente ne soutient pas notre intérêt. En matière de désir, on veut l'Autre, quelqu'un de l'autre coté à qui on peut rendre visite, avec qui on peut passer du temps, quelqu'un avec qui on peut aller voir ce qui se passe dans son quartier chaud. En matière de désir, on veut traverser un pont. Ou en d'autres termes, je dis parfois que le feu à besoin d'air. Le désir a besoin d'espace. Et quand on dit ça, c'est généralement assez abstrait.
5:19Eh puis j'ai apporté une question avec moi. Et je suis allée dans plus de vingt pays au cours des dernières années avec “Accouplement en Captivité,” et j'ai demandé aux gens, quand votre partenaire vous attire-t-il le plus ? Pas attiré sexuellement, à proprement parler, mais quand vous attire-t-il le plus ?Et à travers les cultures, les religions et les genres, il y a quelques réponses qui reviennent tout le temps, à l'exception d'une.
5:41Alors le premier groupe de réponse est le suivant : Je suis vraiment attiré par ma partenaire quand elle est loin, quand on est séparé, quand on se retrouve. En gros, quand on reprend contact avec la capacité à s'imaginer avec son partenaire, quand notre imagination se manifeste à nouveau, et quand on peuxt l'enraciner dans l'absence et dans la convoitise, ce qui est un des composants essentiels du désir. Mais le deuxième groupe est encore plus intéressant : Je suis vraiment attiré par mon partenaire quand je le vois dans le studio, quand elle est sur scène, quand il est dans sont élément, quand elle fait quelque chose qui la passionne, quand on fait la fête et que les gens sont attirés par lui, quand je la vois être le centre d'attention. En gros, quand on voit son partenaire rayonnant et ayant confiance en lui, c'est probablement ce qu'il y a de plus excitant pour la plupart d'entre nous. Rayonnant, dans le sens d'être autosuffisant. Je regarde cette personne - d'ailleurs, en matière de désir on en parle rarement, quand on se rapproche de l'autre, à cinq centimètres de distance. Je ne sais pas combien ça fait en pouces. Mais c'est aussi quand l'autre est éloigné de cette distance qu'on ne le voit plus. C'est quand je regarde mon partenaire d'une distance confortable, quand cette personne qui est tellement familière, tellement connue, redevient momentanément mystérieuse, d'une certaine manière insaisissable. Et dans cet espace entre l'autre et moi-même se trouve l'élan érotique, se trouve le mouvement en direction de l'autre. Parce que, parfois, comme dit Proust, le mystère n'est pas de voyager en des endroits différents,mais de regarder avec des yeux nouveaux. Alors quand je vois mon partenaire tout seul, en train de faire quelque chose qui les enveloppe, je regarde cette personne et j'ai momentanément un décalage de perception, et je reste ouverte aux mystères qui vivent juste à côté de moi.
7:38Puis, encore plus important, dans cette description de l'autre, ou de moi-même -- c'est pareil -- ce qui est le plus intéressant c'est qu'il n'y a pas de nécessité dans le désir. On n'a besoin de personne. On ne prend soin de personne dans le désir. Prendre soin de l'autre, c'est aimer avec force. C'est l'opposé très puissant d'un aphrodisiaque. Je n'ai encore jamais vu quelqu'un être excité par quelqu'un qui a besoin de lui. Désirer l'autre, c'est une chose. Avoir besoin de l'autre, c'est un "tue l'amour" et les femmes savent ça depuis toujours, parce que tout ce qui concerne la parentalité diminue généralement la charge érotique. Pour de bonnes raisons, non ?
8:15Et normalement, le troisième groupe de réponses est le suivant : quand je suis surpris, quand on rit ensemble, comme quelqu'un m'a dit aujourd'hui au bureau, quand il est dans son smoking, et je lui dis, tu sais, c'est soit le smoking, soit les bottes de cowboy. Mais, en gros, c'est quand il y a de la nouveauté.Mais la nouveauté, ça n'est pas des positions nouvelles. Ce n'est pas un répertoire de techniques. La nouveauté, c'est quelles parties de toi dévoiles-tu ? Quelles parties de toi dévoiles-tu pour la première fois? Parce que d'une certaine façon on pourrait dire la sexualité n'est pas quelque chose qu'on fait, non ? La sexualité est un endroit où on va. C'est un espace dans lequel on entre en soi-même et avec l'autre ou d'autres. Alors, où ta sexualité te mène-t-elle ? Avec quelles parties de toi-même te connectes-tu ?Que cherches-tu à exprimer une fois là ? Est-ce un lieu de transcendance et d'union spirituelle ? Est-ce un lieu pour être coquin, un lieu où être agressif en toute sécurité ? Est-ce un lieu où on peut finalement abdiquer et ne pas avoir à être responsable de tout ? Est-ce un lieu où exprimer ses désirs infantiles ?Que se passe-t-il là ? C'est une langue. Ce n'est pas uniquement un comportement. Et c'est la poésie de cette langue qui m'intéresse, ce qui explique que j'ai commencé à explorer cette notion d'intelligence érotique.
9:30Vous savez, les animaux ont des relations sexuelles. C'est central, c'est biologique, c'est l'instinct naturel. Nous sommes les seuls à avoir une vie érotique, c'est-à-dire la sexualité transformée par l'imagination humaine. Nous sommes les seuls à faire l'amour pendant des heures, passer un moment délicieux, avoir des orgasmes multiples, sans toucher personne, seulement parce que nous l'imaginons. il suffit d'y faire allusion. On n'a même pas besoin de le faire. On peut vivre cette chose puissante qu'on appelle l'imagination, qui est un ciment du désir, la capacité d'imaginer quelque chose, comme si cela arrivait le vivre comme si ça se passait alors que rien ne se passe et tout se passe en même temps. Alors quand j'ai commencé à penser à l'érotisme, j'ai commencé à penser à la poésie du sexe, et si je la considère comme une intelligence, alors c'est quelque chose qu'on cultive. Quels sont les ingrédients ? L'imagination, le jeu, la nouveauté, la curiosité, le mystère. Mais l'élément central, c'est vraiment ce qu'on appelle l'imagination.
10:37Mais le plus important, pour que je commence à comprendre quels sont les couples qui font l'expérience d'une vie érotique épanouie, et qu'est ce qui fait durer le désir, il me fallait revenir à la définition originelle de l'érotisme, la définition mythique, et je l'ai parcourue à travers une bifurcation en regardant le trauma,qui est l'autre face, et je l'ai regardée en observant la communauté dans laquelle j'avais grandi, qui était une communauté en Belgique, faite uniquement de survivants de l'Holocauste, et dans ma communauté, il y avait deux groupes : ceux qui ne sont pas morts et ceux qui sont revenus à la vie. Et ceux qui ne sont pas morts vivaient souvent très attachés au sol, ils ne pouvaient pas ressentir de plaisir, ils ne pouvaient pas faire confiance, parce que quand on est vigilant, préoccupé, anxieux, et sans confiance en soi, on n'arrive pas à lever la tête pour se laisser emporter dans l'espace, être joueur et en sécurité et rempli d'imagination. Ceux qui ont revenus à la vie étaient ceux qui voyaient l'érotisme comme un antidote à la mort. Ils savaient comme se tenir vivants. Et quand j'ai commencé à entendre le déficit de sexe des couples avec qui je travaillais, parfois, les gens disaient, “je veux davantage de sexe,” mais, en général, les gens veulent une sexualité de meilleure qualité, et meilleure ça veut dire reprendre contact avec cette sensation d'être vivant, cette qualité de vigueur, de renouvellement, de vitalité, d'éros, d'énergie que la sexualité leur apportait, ou l'espoir qu'elle leur apporterait.
11:58Alors j'ai commencé à poser une autre question. "Je me renferme quand...” fut une question. “J'arrête mes désirs quand...” ce qui n'est pas la même question que, “Ce qui stoppe mon désir...” et “Tu m'excites quand...” Et les gens on commencé à dire, “Je me renferme quand quand je me sens mort, quand je n'aime pas mon corps, quand je me sens vieux, quand je n'ai pas de temps pour moi, quand je n'ai même pas eu le temps de converser avec toi, quand ça se passe mal au travail, quand j'ai une faible opinion de moi-même, quand je pense que je ne vaux rien, quand je sens que je n'ai pas le droit de désirer, de prendre, de recevoir du plaisir.”
12:35Eh puis, j'ai commencé à poser la même question à l'envers. “Je suis excité quand...” Parce que la plupart du temps, les gens aiment demander, “Tu m'excites, Qu'est-ce qui m'excite,” et on ne sais pas répondre. Vous voyez ? Donc, si tu es mort, l'autre peut essayer beaucoup de choses pour la Saint Valentin. Ça ne fera aucune différence. Il n'y a personne à la réception. (Rires) Donc, je suis excité quand,j'enflamme mes désirs, je me réveille quand...
13:02Mais dans ce paradoxe entre l'amour et le désir, ce qui semble si énigmatique c'est que les mêmes ingrédients qui nourrissent l'amour -- la solidarité, la réciprocité, la protection, se soucier et prendre soin de l'autre -- sont parfois les mêmes ingrédients qui étouffent le désir. Parce que le désir s'accompagne d'un tas de sentiments qui ne sont pas toujours du goût de l'amour : la jalousie, la possession, l'agression, le pouvoir, la dominance, les cochonneries, la malice. En gros, la plupart d'entre nous est excité le soir par ces mêmes choses que l'on combat pendant la journée. Vous savez, la pensée érotique n'est pas très politiquement correcte. Si tout le monde fantasmait dans un lit de roses, on n'aurait pas de conversations si intéressantes sur le sujet. Mais non, là-haut dans nos pensées un tas de choses se passent sans qu'on sache tout le temps comment en parler à la personne qu'on aime, parce qu'on pense que l'amour c'est l'altruisme mais en fait, le désir s'accompagne d'une certaine dose d'égoïsme dans le meilleur sens du mot : la capacité de rester connecté avec soi-même en présence de quelqu'un d'autre.
14:15Alors je veux dessiner cette petite image pour vous parce qu'on naît avec cette nécessité de concilier ces deux types de besoins, Notre besoin d'être connecté et notre besoin d'être à part, ou notre besoin de sécurité et d'aventure, ou notre besoin de compagnie et d'autonomie, et si vous pensez à l'enfant qui est assis sur vos genoux et qui est niché là bien confortablement, en sûreté et à l'aise et à un moment donné, il nous faut tous sortir pour découvrir et explorer le monde. C'est là que commence le désir, cette exploration requiert de la curiosité, de la découverte. Et à un moment donné, il vous regarde, et si vous lui dites, “ Eh bien petit, le monde est vaste. Vas-y. Il y a de quoi s'amuser là dehors,” il peut se retourner, partir et faire l'expérience de la connexion et de la séparation en même temps. Il peut se laisser emporter par son imagination, par son corps, par ses jeux, tout en sachant qu'il y aura quelqu'un quand il rentrera.
15:15Mais si de ce côté, quelqu'un dit, “Je suis inquiet. Je suis anxieux. Je suis déprimé. Mon partenaire ne s'est pas occupé de moi depuis tellement longtemps. Qu'a-t-il de si bon là dehors ? N'a-t-on pas tout ce dont on a besoin ensemble, toi et moi ?” alors, il y a plusieurs petites réactions qu'on arrive tous à reconnaître. Certains d'entre nous reviendront, sont revenus il y a très longtemps, et ce petit enfant qui revient est l'enfant qui a abandonné une partie de lui afin de ne pas perdre l'autre. Je vais perdre ma liberté afin de ne pas perdre ma connexion. Et j'apprendrai à aimer d'une certaine façon qui deviendra un fardeau avec des préoccupations supplémentaires et des responsabilités supplémentaires et une protection supplémentaire et je ne saurai pas comment te quitter pour aller jouer, pour avoir du plaisir,pour découvrir, pour entrer en moi-même. Traduisez ceci en langage adulte. Ça commence quand on est très jeune. Ça continue dans nos vies sexuelles jusqu'à la fin. L'enfant numéro deux revient mais il regarde comme ça derrière son épaule tout le temps. “Est-ce que tu seras là ? Vas-tu me maudire ? Vas-tu me gronder ? Vas-tu être en colère avec moi ?” Peut être qu'il est parti, mais il n'est jamais vraiment parti, et ce sont souvent les gens qui disent, au début c'était vraiment chaud. Parce qu'au début, l'intimité croissante n'était pas encore forte au point de diminuer le désir. Plus j'étais connecté, plus je me sentais responsable, moins j'arrivais à me détendre en ta présence. Le troisième enfant ne revient pas vraiment.
16:55Alors ce qu'il se passe, si on veut faire durer le désir, c'est cet élément vraiment dialectique. D'une part, on veut la sécurité pour pouvoir vous échapper. D'autre part, si on ne s'échappe pas, on ne peut pas avoir de plaisir, on ne peut pas s'envoler, on ne peut pas avoir d'orgasme, on n'arrive pas à être excité parce qu'on passe notre temps dans la peau et la tête de l'autre et pas dans la nôtre.
17:17Donc dans ce dilemme pour concilier ces deux groupes de besoin fondamentaux, j'ai fini par comprendre qu'il y a des choses que les couples érotiques font. Premièrement, ils ont leur propres intimité sexuelle.Ils comprennent qu'il y a un espace érotique qui appartient à chacun d'entre eux. Ils comprennent aussi que les préliminaires ne sont pas quelque chose qu'on fait cinq minutes avant l'acte sexuel lui-même.Les préliminaires commencent plus ou moins à la fin du précédent orgasme. Ils comprennent également qu'un espace érotique ça n'est pas commencer à caresser l'autre. C'est plutôt construire un espace où on laisse tomber Gestion S.A., peut-être où on laisse tomber le programme de management d'agilité,(Rires) et on entre tout simplement cet espace où on cesse d'être un bon citoyen qui s'occupe de tout et qui est responsable. La responsabilité et le désir se cognent la tête. Ils ne s'entendent pas trop bien. Les couples érotiques comprennent aussi que la passion a des hauts et des bas. En gros, c'est comme la lune. Elle a des éclipses intermittentes. Mais ce qu'ils savent, c'est comment la ressusciter. Ils savent comment la ramener, ils savent comment la ramener encore parce qu'ils ont démystifié un grand mythe,qui est le mythe de la spontanéité, qu'elle tombera tout simplement du ciel pendant que tu plis ton lingecomme une deus ex machina, et en fait ils ont compris que quoi qu'il arrive dans une relation stable, est déjà arrivé.
18:42Une sexualité avec un partenaire stable, c'est une sexualité préméditée. C'est voulu. C'est intentionnel.C'est la focalisation et la présence.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire